© Comité de Waterloo 2013 
Le Comité de Waterloo
A.S.B.L Comité pour les études historiques de la bataille de Waterloo
La préservation du site de la bataille de 1815 Véritable   raison   d'être   du   Comité   de   Waterloo,   à   une   époque   où   le projet    de   construction   du   ring   sud   de   Bruxelles   menaçait   le   champ   de bataille   de   1815   de   fragmentation,   la   protection   et   la   préservation   de   ce site    constitue    une    priorité    et    nécessite    de    la    part    du    Comité    une vigilance constante. D'autre   part,   préserver   le   site   signifie   également,   afin   d'en   assurer   la pérennité,   restaurer   les   batiments,   réaménager   le   site   et   en   promouvoir l'animation et la connaissance. Le   Comité   de   Waterloo   est   ainsi   actif   dans   la   recherche   de   moyens pour   les   restaurations   envisagées,   de   même   qu’à   entreprendre   l'élaboration   d'un   guide   multilingue   destiné   à aider le visiteur du site à mieux comprendre le contexte ainsi que le déroulement de la bataille du 18 juin 1815. Parmi   les   entités   faisant   partie   du   site   de   la   bataille   et   dont   la   plupart   sont   actuellement   restaurés,   nous distinguons notamment :
    Le Mémorial
    Le Panorama
La ferme de Hougoumont
aux Belges aux Prussiens   à Sir A. Gordon   à l’Aigle blessé
Et les divers monuments  érigés sur le site, à la mémoire des participants  à la bataille de Waterloo ...
Plus Plus Plus Plus
Le   Hameau   du   Lion,   situé   sur   la   ligne   de   front   où   s’opposèrent   les   troupes   de Napoléon   et   celles   de   Wellington,   comprend   la   Butte   du   Lion,   le   centre   du visiteur, le Memorial et le Panorama. La   Butte   du   Lion,   haute   de   41   m   et   d’une   circonférence   de   169   m,   fut   érigée entre   1824   et   1826,   à   l’endroit   où   le   Prince   Frederic   d’Orange,   fils   cadet   du futur   roi   Guillaume   1er   des   Pays-Bas,   fut   blessé   durant   la   bataille.   Un   escalier de   226   marches   permet   l’accès   au   sommet   surmonté   d’un   imposant   lion   en bronze,   symbole   de   la   victoire   et   du   nouveau   Royaume   des   Pays-Bas.   Une table   d’orientation   permet   de   situer   les   fermes   et   les   positions   des   troupes   sur le champ de bataille, inchangé depuis 1815. Le   tout   nouveau   Mémorial,   inauguré   à   l’occasion   du   bicentenaire   de   la   bataille, présente    un    “mur    de    la    mémoire”,    avec    plaques    commémoratives    des combattants    de    1815    ainsi    que    diverses    scénographies    saissantes    des combats, comme si vous y étiez. Via     le     Mémorial,     on     accèdera     au     Panorama,     rotonde     abritant     une impressionnante   fresque   (110   m   de   circonférence   et   12   m   de   hauteur,   peinte en    1912    par    louis    Dumoulin    et    son    équipe    et    tout    récemment    restaurée),      représentant   la   charge   de   la   cavalerie   du   Maréchal   Ney   lors   de   la   bataille   de 1815. La   ferme   de   Hougoumont,   fortifiée   en   hâte   la   veille   de   la   bataille,   pour   protéger le    flanc    droit    des    armées    alliées,    fut    le    théâtre    de    combats    acharnés    et héroïques.   Durant   toute   la   journée   du   18   juin   1815,   les   troupes   françaises tentèrent,   sans   succès,   d’en   prendre   possession.   Un   monument,   ainsi   que diverses     plaques     commémoratives,     rendent     hommage     aux     régiments britanniques   qui   ont   défendu   la   place   et   aux   soldats   français   qui   s’y   sont cassés les dents. Restaurée   en   2015,   en   vue   des   céremonies   du   bicentenaire   de   la   bataille,   la ferme   de   Hougoumont   offre   au   visiteur   un   centre   d’exposition   permanente, accueillant    également    des    manifestations    temporaires,    notamment    à    but éducatif.